Accueil myOrientation

Me connaître - Etape 1: J'identifie mes intérêts, points forts et attentes professionnelles

Professions et formations - Etape 2: J’explore le monde des professions et des formations

Qualités requises et conditions d'admission - Etape 3: Je compare mes points forts avec les qualités requises et les conditions d'admission des métiers

Stages - Etape 4: J’explore en détail les métiers qui m’intéressent le plus

Projet professionnel - Etape 5: J’évalue mes résultats et me décide pour une profession ou une formation

Apprentissage - école - Etape 6: Recherche d'une place d'apprentissage et / ou inscription à une école

Préparation - Etape 7: Je me prépare à ma formation en entreprise ou en école

Dossier de travail - Tes résultats

Veuillez patienter...

Préparation de votre dossier myOrientation.

Déconnecté

Votre session de travail est expirée. Vous allez être redirigé sur la page d'accueil. Veuillez vous connecter à nouveau pour continuer votre session de travail.

Travaux de maintenance: En raison des travaux de maintenance sur les serveurs d’orientation.ch, il faut s'attendre à des interruptions le mardi 25 septembre entre 18h00 et 00h00.

Choix professionnel

Choisir une profession est à la fois important et motivant: il faut tenir compte de plusieurs facteurs, et en particulier de ses propres intérêts et aptitudes.

Choix professionnel

Bien qu’un changement de carrière soit possible à tout âge, de nombreux jeunes se retrouvent, à 14 ou 15 ans, à devoir choisir un métier qu’ils exerceront durant une grande partie de leur vie.

Il existe autant de choix possibles que de professions. Pour décider plus facilement du métier qu’on souhaite exercer, il est important de bien connaître ses intérêts, car ils peuvent mener à des professions très différentes: lorsqu’on aime la construction et qu’on a de la facilité en mathématiques, le métier de projeteur ou de projeteuse en technique du bâtiment sanitaire peut être intéressant. Si ce sont les langues qui nous font vibrer, on pourra se renseigner sur des professions comme agent ou agente de voyages ou interprète. Si, par contre, on s’intéresse à l’hôtellerie, on pourra par exemple devenir gestionnaire en intendance, spécialiste en communication hôtelière, ou encore cuisinier ou cuisinière. Une personne passionnée par son métier sera motivée durant sa formation et retirera beaucoup de satisfaction dans son travail.

Comment choisir sa profession ?

Quelques conseils:

  • S’informer sur les professions : voir la page Rechercher une profession;
  • Visiter le centre d’information sur les études et les professions de l’office d’orientation le plus proche. Des brochures, des fiches d’informations, et d’autres documents peuvent y être consultés;
  • Participer à des événements d'information organisés par des entreprises, des associations professionnelles, des écoles, l’office d’orientation, etc;
  • Discuter avec des personnes exerçant un métier auquel on s’intéresse;
  • Prendre rendez-vous avec un conseiller ou une conseillère en orientation;
  • Discuter de son choix avec ses parents, ses enseignants ou d’autres proches;
  • S'informer sur les exigences scolaires et les qualités requises pour la formation souhaitée.

Professions atypiques

Beaucoup de jeunes suivent un schéma traditionnel lorsqu’ils choisissent une profession. Ils ou elles hésitent à se lancer dans activités professionnelles considérées comme atypiques du point de vue du genre. Suivre ses propres envies n’est pas toujours facile, surtout si celles-ci ne sont pas courantes dans la société dans laquelle on vit.

Pourtant, les seules exigences fondamentales à l’exercice d’une profession sont la motivation et les compétences. En Suisse, les maçonnes, les éducateurs de l’enfance, les forestières-bûcheronnes et les assistants socio-éducatifs sont chaque année plus nombreux et plus nombreuses. Cela prouve que les jeunes sont aussi capables de remettre en question les idées préconçues et les clichés, pour faire leur propre choix.

Pour choisir une profession qui n’est pas typique pour son sexe, il faut une certaine conviction, de l’intérêt pour le métier et de la motivation pendant et après la formation. Des difficultés que l’on n’aurait pas rencontrées en faisant un choix plus traditionnel peuvent se présenter, mais il ne faut pas pour autant se décourager.

Lavinia Gianettoni, Faculté des sciences sociales et politiques, Université de Lausanne.

«Le choix d'une profession devrait dépendre en premier lieu des intérêts personnels des jeunes. Malheureusement, nous constatons encore aujourd'hui que les stéréotypes de genre ont un impact très fort.»



orientation.ch