Accueil myOrientation

Me connaître - Etape 1: J'identifie mes intérêts, points forts et attentes professionnelles

Professions et formations - Etape 2: J’explore le monde des professions et des formations

Qualités requises et conditions d'admission - Etape 3: Je compare mes points forts avec les qualités requises et les conditions d'admission des métiers

Stages - Etape 4: J’explore en détail les métiers qui m’intéressent le plus

Projet professionnel - Etape 5: J’évalue mes résultats et me décide pour une profession ou une formation

Apprentissage - école - Etape 6: Recherche d'une place d'apprentissage et / ou inscription à une école

Préparation - Etape 7: Je me prépare à ma formation en entreprise ou en école

Dossier de travail - Tes résultats

Veuillez patienter...

Préparation de votre dossier myOrientation.

Déconnecté

Votre session de travail est expirée. Vous allez être redirigé sur la page d'accueil. Veuillez vous connecter à nouveau pour continuer votre session de travail.

Coronavirus: les services d'orientation proposent des prestations de conseil en ligne, par téléphone et par e-mail.
Certaines entreprises/organisations ne sont plus joignables. Jusqu'à nouvel ordre, aucune manifestation ne peut avoir lieu.

Biologie, biotechnologie, science du vivant: débouchés

Le secteur d’activité des biologistes est vaste: universités, laboratoires de l’industrie chimique et pharmaceutique, administration publique, bureaux œuvrant dans la protection de l’environnement, ou encore écoles.

Domaines d’activité

La biologie moléculaire et la biotechnologie sont devenues des secteurs de recherche particulièrement importants. L’éventail des entreprises qui travaillent dans le domaine des sciences du vivant va des grandes multinationales à de nouvelles start-up créées dans le giron des universités.

Recherche et doctorat

Les diplômés et les diplômées en biologie, biotechnologie ou sciences du vivant ont acquis les compétences nécessaires au travail de recherche. Près de la moitié d’entre eux poursuivent leurs études pendant quelques années dans un institut universitaire ou un laboratoire de recherche lié à une haute école pour rédiger une thèse de doctorat. Cela leur permet d’approfondir leurs connaissances et de faire leurs premières expériences de chercheur (planifier, réaliser et tirer les conclusions d’une expérience, étudier la littérature scientifique, etc.). Il faut compter de trois à cinq ans pour rédiger une thèse de doctorat. Ce titre ouvre cependant plus de portes sur le marché de l’emploi. La plupart des biologistes qui se destinent à la recherche participent d’abord à des projets ponctuels ou à des programmes de recherche post-doctorale avant de trouver un poste fixe.

La proportion de biologistes préparant un doctorat est particulièrement élevée en biologie moléculaire (75 %). Ils sont deux fois plus nombreux à travailler dans les laboratoires de recherche que les biologistes qui ont choisi la biologie organique. Au total, 40 à 50 % des biologistes occupent un emploi à l'université après leur master.

Industrie pharmaceutique et biomédicale

Près d’un tiers des diplômés trouvent un emploi dans le secteur privé, notamment dans l’industrie chimique et pharmaceutique, dans des laboratoires médicaux, dans des entreprises de biotechnologie, dans l’industrie alimentaire ou encore dans le secteur agricole. Ils font en priorité de la recherche en laboratoire (planification, suivi et évaluation d’expériences); ils rédigent aussi des rapports spécialisés et collaborent avec d’autres spécialistes des sciences naturelles. Peu de postes sont réservés exclusivement aux biologistes. Ceux-ci se retrouvent souvent en concurrence avec des chimistes, des biochimistes, des ingénieurs en agronomie, des médecins ou des pharmacologues.

Conseil, information, gestion

Les diplômés du domaine de la biologie peuvent aussi travailler auprès d’entreprises de conseil. Ils réalisent par exemple des études de marché, fonctionnent comme conseillers pour la gestion des déchets ou comme avocats-conseils en matière de brevets. Le secteur de l’informatique et les médias (revues scientifiques) leur offrent également des débouchés professionnels. On trouve aussi, et de plus en plus, des spécialistes des sciences naturelles qui s’intéressent aux aspects économiques et qui travaillent dans la gestion de produits et l’information au public, ou même qui accèdent à la direction d’un département ou d’une entreprise.

Sciences du vivant

Les sciences du vivant comprennent plusieurs secteurs de recherche permettent de travailler dans l’industrie pharmaceutique et la technologie médicale. Elles combinent les connaissances des sciences naturelles de la chimie, de la médecine et de la physique et contribuent à la mise au point de médicaments, de remèdes et d’aides techniques. Les titulaires d’un bachelor sont généralement recrutés par des entreprises dont les activités sont liées au système de santé.

En fonction de leur expérience professionnelle, les diplômés et les diplômées de ce domaine peuvent trouver un emploi dans la recherche en matière de santé, par exemple dans le domaine des médicaments ou des équipements techniques.

Administration publique

Les biologistes peuvent travailler pour l’Etat, par exemple dans des instituts cantonaux de protection de la nature, dans des laboratoires cantonaux, dans les services de protection des eaux, les services des forêts ou les services de protection de la faune, dans les stations d’essais, dans les services d’archéologie, dans les jardins botaniques et zoologiques, ou encore dans les musées d’histoire naturelle.

Environnement

Ces dernières années, des bureaux privés de conseil en matière d’environnement ont vu le jour; ils offrent notamment des emplois aux biologistes. Travaillant au sein d’une équipe pluridisciplinaire, ceux-ci font de la recherche, prodiguent des conseils, réalisent des expertises (pour la planification de lotissements immobiliers, pour la protection des eaux, en matière de salubrité de l’air, etc.). Les biologistes collaborent alors étroitement avec d’autres scientifiques.

Il existe encore d’autres perspectives professionnelles dans la réalisation de projets dans les pays en voie de développement ou auprès d’associations ou fondations privées (Protection suisse des animaux, Station ornithologique suisse de Sempach, Pro Natura, WWF, Greenpeace, etc.).

Le secteur de la santé offre aussi des débouchés aux spécialistes en biologie moléculaire et aux biochimistes, par exemple dans le domaine de l’autorisation et de l’homologation des médicaments et des procédés thérapeutiques.

Autres domaines

Près de dix pour cent des biologistes travaillent dans l'enseignement et la formation dans les écoles (gymnases, écoles d'agriculture, écoles professionnelles ou hautes écoles spécialisées). Il peut être très utile, lors de la recherche d'un emploi dans le secteur scolaire, d'avoir une deuxième matière d'enseignement. Il est également possible de trouver un emploi dans le domaine du journalisme scientifique. Des emplois sont disponibles, par exemple chez les éditeurs de livres scolaires/fictionnels ou dans les revues scientifiques. Les journalistes indépendants écrivent des articles et/ou gagnent leur vie grâce à des travaux de relecture et de traduction.

Professions, fonctions

La liste ci-dessous présente quelques professions et fonctions souvent exercées par les diplômés de cette filière.



orientation.ch