Accueil myOrientation

Me connaître - Etape 1: J'identifie mes intérêts, points forts et attentes professionnelles

Professions et formations - Etape 2: J’explore le monde des professions et des formations

Qualités requises et conditions d'admission - Etape 3: Je compare mes points forts avec les qualités requises et les conditions d'admission des métiers

Stages - Etape 4: J’explore en détail les métiers qui m’intéressent le plus

Projet professionnel - Etape 5: J’évalue mes résultats et me décide pour une profession ou une formation

Apprentissage - école - Etape 6: Recherche d'une place d'apprentissage et / ou inscription à une école

Préparation - Etape 7: Je me prépare à ma formation en entreprise ou en école

Dossier de travail - Tes résultats

Veuillez patienter...

Préparation de votre dossier myOrientation.

Déconnecté

Votre session de travail est expirée. Vous allez être redirigé sur la page d'accueil. Veuillez vous connecter à nouveau pour continuer votre session de travail.

Science politique: débouchés

Les diplômés en science politique travaillent pour le Département des affaires étrangères, pour des partis politiques, dans des organisations internationales, dans les domaines des relations publiques, de l’enseignement et de la recherche.

Domaines d’activité

Seule une minorité de politologues est directement impliquée en politique. Les emplois spécifiques au domaine d’études (par exemple dans les bureaux de recherche et de conseil politique) sont plutôt rares.
Les emplois accessibles après des études en science politique ne sont donc généralement pas réservés aux diplômés de ce domaine, mais sont aussi ouverts aux diplômés en sciences humaines et en sciences sociales et, en partie, aux juristes et aux économistes. Comme la concurrence est rude, la flexibilité ainsi que des qualifications spéciales représentent un plus indéniable. Outre les connaissances spécifiques à la branche, les capacités et compétences générales acquises durant les études comptent aussi, notamment la façon de travailler et de pouvoir comprendre rapidement des thématiques complexes, d’analyser celles-ci et de les transmettre de manière claire. On parle ici de «soft skills», qui distinguent les universitaires généralistes.

Expérience professionnelle pendant les études

Il est important d’acquérir des qualifications supplémentaires et de l’expérience professionnelle durant les études, grâce à un choix ciblé de disciplines secondaires, ainsi que par des stages ou par des emplois temporaires pendant les vacances. Il est ainsi possible d’acquérir des connaissances additionnelles (par exemple en méthodologie, en statistique, en informatique, etc.), nouer des contacts et se construire un réseau (networking). Des connaissances linguistiques représentent également un atout non négligeable. De nombreuses formations continues, universitaires ou non, permettent en outre d’acquérir des connaissances plus en lien avec la pratique dans divers domaines (sciences sociales, économie, informatique, etc.).

Enseignement et recherche

Dans l’enseignement et la recherche universitaires, les politologues s’occupent de domaines tels que démographie et migrations, pauvreté, comportements de consommation, votations par Internet, crises internationales, etc. Ils dispensent des cours et assument des tâches administratives et de bibliothèque. Les expériences et connaissances acquises de la sorte sont également recherchées en dehors du contexte de la recherche et de l’enseignement.
Des bureaux et instituts d’études de marché et d’opinions engagent par exemple des politologues. Par rapport aux universités, la recherche est ici davantage centrée sur les questions du quotidien et sur l’application pratique. On analyse les votations ou le comportement des acheteurs chez les grands distributeurs ou encore le comportement des adolescents face aux médias, etc.

Communication

En dehors de la recherche académique et de la recherche appliquée, les politologues peuvent travailler comme spécialistes en marketing et en relations publiques, comme journalistes ou encore comme responsables de communication pour les autorités, les administrations publiques ou privées, les banques et les assurances notamment.
En tant que journalistes ou chargés de communication, ils expliquent et commentent des sujets politiques, économiques, de société ou scientifiques, ils établissent des liens entre les thèmes du passé et d’aujourd’hui, ils présentent des arguments, donnent des explications et des interprétations, permettant ainsi au grand public de mieux comprendre les questions politiques.
Celles et ceux qui se destinent à une activité de ce genre devraient s’initier tôt et progressivement au journalisme – par exemple en rédigeant des articles et comptes rendus divers pour un journal local durant leurs études.
Les responsables de communication travaillent souvent d’abord comme journalistes avant d’occuper un poste de chargé de communication ou de spécialiste en relations publiques dans une institution publique ou privée, ou dans une entreprise.

Affaires internationales

Les diplômés qui ont suivi des filières axées sur la politique et les affaires internationales ont la possibilité de travailler en tant que politologues, mais peuvent également trouver un emploi au Département fédéral des affaires étrangères, dans le service diplomatique ou dans une entreprise ou une organisation internationales.

Professions, fonctions

La liste ci-dessous présente quelques professions et fonctions souvent exercées par les diplômés de cette filière.



orientation.ch