?global_aria_skip_link_title?

Portrait: durabilité

Une conseillère en environnement BF, cheffe de projet pour une association environnementale, présente son activité et ses tâches.

À la recherche d'un travail qui ait du sens

Carole Straub, conseillère en environnement BF dans une association de promotion de la mobilité douce

Carole Straub
Carole Staub. © WWF, photo Thai Christen
Carole Straub

Carole Staub. © WWF, photo Thai Christen

Biographie express

Année/âge Activité/formation
18 ansCertificat de culture générale
22 ansCFC de polydesigner 3D et maturité professionnelle
23 ansEmploi dans l'administration et la gestion de la production: Pulls production, Berne
24 ansFormation de commerçante en textiles STF
30 ansOrganisatrice d’événements pour le Festival du Gurten: Appalooza productions, Berne
33 ansBrevet fédéral de conseillère en environnement: Centre de formation du WWF, Berne
37 ansChargée de communication et de conseil au recyclage: Élimination et recyclage, ville de Berne
39 ansCheffe de projet "bike to work", Berne

Comment êtes-vous arrivée dans le secteur environnemental?

À l’école, l’un de mes enseignants était très engagé en matière d’environnement et parlait souvent de ces sujets. C’est lui qui a éveillé mon intérêt. Ayant travaillé comme organisatrice d’événements, j’étais confrontée à des montagnes d’ordures après plusieurs jours de festival. Mon employeur de l’époque a introduit la vaisselle réutilisable au Festival du Gurten et cela m’a interpellée: cela a été la démonstration que le changement est possible, malgré une logistique complexe due à l’emplacement du site. Ce succès a été pour moi un modèle exemplaire. J’ai alors bifurqué dans le domaine du recyclage. Je cherchais une activité qui ait du sens. J’ai souhaité investir mon énergie dans la préservation des ressources: introduire dans notre "société du tout à jeter" de nouveaux modèles qui facilitent le respect de l’environnement.

«Le concept de durabilité peut être introduit dans n'importe quelle branche. Utilisons-nous nos ressources de manière durable?»

À quels défis êtes-vous confrontée dans votre activité?

Les questions environnementales sont souvent perçues comme pénibles et pas pratiques. Il faut beaucoup de force de persuasion si l’on veut introduire quelque chose de nouveau et ne pas prendre les objections comme des attaques personnelles. Dans mes activités passées, je devais toujours prouver le gain d’une approche respectueuse de l’environnement, par exemple en démontrant que les gens restaient plus longtemps à une manifestation si le terrain n’était pas couvert de saleté. Le projet "bike to work" dont je m’occupe actuellement présente de nombreux côtés attrayants pour les participants: pédaler jusqu’à son poste de travail est sain, fait plaisir et procure de bons sujets de conversation avec les collègues.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui veulent travailler dans le secteur de l’environnement?

Soit de viser dès le début ce domaine, par exemple en effectuant des études ad hoc, soit d’acquérir une solide formation de base puis de se spécialiser ensuite dans l’environnement. Les compétences fournies par une première profession peuvent se révéler très utiles pour exercer une activité dans le domaine environnemental. Par ailleurs, le concept de durabilité peut être introduit dans n’importe quelle branche. Des questions similaires se posent à chaque poste de travail. Utilisons-nous nos ressources de manière durable? Quelles sont les améliorations possibles?

En savoir plus



orientation.ch