?global_aria_skip_link_title?

Marché du travail: environnement, écologie, durabilité

Tour d'horizon d'un secteur en pleine expansion avec l'Ortra Environnement. Cette organisation s'engage pour l'intégration et la promotion des compétences environnementales dans les différents secteurs et professions.

Un champ de compétences transversales

Adèle Thorens Goumaz
Adèle Thorens Goumaz. © Adèle Thorens Goumaz, photo Julien Goumaz
Adèle Thorens Goumaz

Adèle Thorens Goumaz. © Adèle Thorens Goumaz, photo Julien Goumaz

Prise de conscience écologique, application de nouveaux standards environnementaux ou encore émergence d'une économie circulaire: autant de thématiques qui influencent l’avenir des formations dans le secteur environnemental. Une économie qui ménage les ressources requiert des spécialistes aux compétences adéquates dans tous les secteurs d'activité. Ces qualifications comprennent des compétences manuelles et techniques ainsi que des connaissances spécialisées. Explications de l'Ortra Environnement et de sa présidente Adèle Thorens Goumaz.

Adèle Thorens Goumaz, présidente de l'Ortra Environnement

Quelle est la situation dans la filière environnementale?

Depuis la ratification des Accords de Paris par la Suisse en 2015, la filière environnementale fait face à de nombreux défis. L’application des nouveaux standards écologiques arrive à grands pas. Notons par exemple que chaque année 30'000 chauffages à mazout devraient être remplacés pour atteindre les objectifs climatiques de la Suisse! Une véritable révolution énergétique est en marche. Le secteur environnemental est un champ de compétences transversales qui se superpose à toutes les activités de notre pays. Les secteurs des transports et de la construction sont particulièrement touchés. On assiste également à l’émergence et au développement d’une économie collaborative et circulaire. La transition écologique en cours a un impact énorme sur les formations dans tous les secteurs. C’est un très grand défi pour les organisations professionnelles de notre pays. Elles doivent anticiper l’évolution des conditions-cadres et des exigences des consommateurs et adapter leurs formations. Certaines initiatives comme celle de la fondation nomads.ch soutiennent les branches dans cette transition.

«Les métiers manuels seront revalorisés et de nouveaux modèles d’affaire, notamment dans l’économie de partage, vont se développer.»

Quelles sont les compétences particulièrement recherchées sur le marché du travail?

La transition écologique exige des compétences aussi bien manuelles qu’intellectuelles. La transition énergétique nécessite des compétences techniques pour mettre aux normes les installations de chauffage ou entretenir et recharger le parc émergent de véhicules électriques. Elle requiert aussi des compétences intellectuelles pour toutes les activités de recherche et développement liées: panneaux solaires plus efficients, nouveaux matériaux renouvelables ou compostables, captation et stockage de CO2... L'émergence d'une économie circulaire requiert, elle, un savoir-faire manuel dans le domaine du recyclage ou de la réparation de biens. Elle va faire renaître certaines professions qui ont beaucoup perdu en importance ces dernières décennies. Je pense surtout aux activités de réparation et d'artisanat dans les domaines tels que l'électronique, le mobilier ou le textile. Les métiers manuels seront revalorisés et de nouveaux modèles d’affaire, notamment dans l’économie de partage, vont se développer.

Où seront créés les postes de travail ces prochaines années?

Un immense besoin de main-d’œuvre qualifiée émerge dans toutes les professions liées à la transition écologique. Tous les niveaux de qualification sont touchés, des métiers manuels aux postes de direction de projet. L’assainissement énergétique des bâtiments constitue, au propre comme au figuré, un gigantesque chantier, qui va nécessiter la création de nombreux emplois, tout comme l’essor massif des énergies renouvelables. L'entretien et la réparation d'appareils, ainsi que les activités de prêt et de partage, seront également des domaines porteurs. Certains secteurs tels que les banques ou les assurances devront en outre compléter leurs expertises pour proposer des investissements durables à leur clientèle.




orientation.ch