?global_aria_skip_link_title?

Marché du travail: sport, mouvement

Zoom sur le secteur du sport, un domaine aux mille facettes. Deux spécialistes font le point sur la situation. Comment s'insérer dans ce domaine? Quelles sont les opportunités d'emploi? Comment évolue le marché du travail? Quels sont les défis?

Une grande interdisciplinarité

Deux représentants de la HEFSM à Macolin.
Dr. Michaël Mrkonjic, à gauche, et Dr. Fabian Studer, à droite. © HEFSM

Santé publique, économie, divertissement, bien-être ou encore intégration sociale: le sport est un secteur vaste. Pas étonnant que les développements dans le domaine du sport reflètent toutes les tendances à l'œuvre dans la société. Explications avec deux spécialistes actifs à la Haute école fédérale de sport de Macolin HEFSM: Dr. Michaël Mrkonjic, chef de la section Économie du sport et responsable de l'étude "Emplois et compétences en management du sport en Suisse", et Dr. Fabian Studer, collaborateur scientifique au sein de l'unité organisationnelle Évaluation et monitoring, qui a rédigé sa thèse de doctorat sur le thème de l'emploi dans le sport. La HEFSM mène des activités d'enseignement et de recherche liées au sport populaire, au sport d’élite et à la relève. Cette HES fait partie de l'Office fédéral du sport OFSPO.

Deux représentants de la HEFSM à Macolin.

Dr. Michaël Mrkonjic, à gauche, et Dr. Fabian Studer, à droite. © HEFSM

Comment se présente la situation dans le secteur du sport?

Le sport est un secteur caractérisé par une grande interdisciplinarité. Il réunit des personnes avec des intérêts très différents. Cela va de la santé au sport d’élite, en passant par l’enseignement, le sport de masse ou encore l’industrie du sport. En comparaison à d’autres secteurs, on y trouve aussi une très grande proportion de travail bénévole ou volontaire, par exemple dans les clubs sportifs.

Il y a des formations différentes et il n’est pas toujours facile de s’y retrouver. Certaines formations sont réglementées au niveau suisse; c’est le cas par exemple des brevets et diplômes fédéraux pour la formation des entraîneurs. En même temps, certains titres ne sont pas protégés. On peut aujourd'hui s’autoproclamer coach sportif-ve ou poster des vidéos d’exercices sur Internet promettant des "quick wins", c’est-à-dire des résultats rapides avec peu d’efforts.

«Les services à la personne gagnent en importance, tout comme le management du sport.»

Comment peut-on intégrer ce secteur? Et comment y perdurer?

Les chemins d’accès sont nombreux. Il existe à la fois des filières académiques ou spécifiques, qui sont longues, et des formations courtes ou non reconnues. Comme le sport est une discipline qui touche plusieurs autres branches comme l'économie ou la médecine, il y a pas mal de concurrence entre des filières différentes. Par exemple, pour un poste en management du sport, on verra autant de candidat-e-s avec un diplôme en économie que de personnes issues du milieu sportif. On constate aussi des transferts entre disciplines. Une personne qui a étudié la médecine peut ensuite se spécialiser en médecine du sport.

Au terme de leur carrière sportive, certaines personnes réorientent leur parcours. Elles peuvent se former en tant qu'entraîneurs ou travailler dans le management, l'accompagnement et la formation. Elles peuvent mettre à profit diverses compétences comme le leadership, l'esprit d'équipe et de compétition, la persévérance et le sens tactique. D'autres se mettent à leur compte et proposent des services liés au sport: commerce de détail, événementiel, services à la personne, etc. Ou alors deviennent membres de comités d'organisation. N'oublions pas que, dans le secteur du sport, il y a aussi beaucoup de professionnel-le-s avec une formation académique: on n'y trouve pas que des athlètes.

Où seront créés les postes de travail à l’avenir?

Le sport touche pratiquement chaque personne et revêt une signification pour chacun-e. En même temps, il ne représente actuellement qu'environ 2% du PIB. Il a encore un fort potentiel de développement. On assiste aujourd’hui à une phase de professionnalisation dans le secteur. Les événements à organiser sont toujours plus grands et plus complexes. Les thèmes de durabilité et d'héritage sont au cœur des préoccupations. Les services à la personne gagnent en importance, tout comme le management du sport. D'autres thèmes actuels sont le développement de prestations toujours plus individualisées, l'interdépendance entre sport et santé ou encore la numérisation. Les cours en ligne permettent notamment d'amener le sport à la maison. Les montres connectées fournissent une grande quantité de données qu'il faut aussi gérer.

Quels sont les défis que rencontre le secteur du sport?

Divers thèmes se retrouvent régulièrement sur le devant de la scène: les questions éthiques, la discrimination, le harcèlement moral ou sexuel. La jeune génération est sensible aux enjeux climatiques, à la durabilité, et à une société inclusive et solidaire. Les employeurs doivent s'aligner sur ces nouvelles valeurs. Toutes les tendances actuelles ont un impact sur le secteur du sport. Aujourd'hui, on voit que les marques de sport développent des produits écologiques et recourent à l'économie circulaire, que les installations sportives repensent leur consommation d'énergie ou encore que les joueurs apparaissent dans le monde virtuel avec des cartes numériques NFT à acheter et à collectionner. Comme il touche pratiquement tout le monde, le secteur du sport peut aussi jouer un rôle de modèle.



orientation.ch