?global_aria_skip_link_title?

Portrait sport, mouvement: enseignement d'une discipline sportive

Sortir de sa zone de confort pour vivre de sa passion? Un ancien géologue, devenu professeur de vélo tout-terrain et chef d’entreprise, raconte son parcours et ses tâches.

"Je pratique le VTT depuis l’enfance"

Un homme donne des cours de VTT.
© SDBB I CSFO, photo Dominique Meienberg

Dominik Hug, professeur de vélo tout-terrain BF et chef d'entreprise

Un homme donne des cours de VTT.

© SDBB I CSFO, photo Dominique Meienberg

Biographie express

Année/âgeActivité/formation
19 ansMaturité gymnasiale
25 ansMaster HEU en sciences de la Terre. Stage de géologie: cantons d'Argovie et de Soleure
27 ansGéologue UNI: Pfirter, Nyfeler + Partner, Muttenz BL
32 ansFormation de Swiss Cycling Guide. Guiding en tant qu'activité accessoire
33 ansCréation de sa propre entreprise. Guiding comme activité principale
35 ansBrevet fédéral de professeur de vélo tout-terrain
38 ansDirecteur d’entreprise et professeur de vélo tout-terrain BF: Bikebuebe, Trimbach SO

Comment se sont déroulés les débuts de votre entreprise?

Au démarrage d’une nouvelle entreprise, personne ne t’attend. Nous n'avons donc pas été tout de suite occupés à plein temps. Nous avons dû redoubler d’efforts et aussi nous montrer prêts à réduire notre train de vie. Dans le domaine du VTT, la plus grande difficulté est de générer un revenu de base en hiver. Nous avons misé très tôt sur des partenariats. Nous avons aussi accepté des mandats que nous n'accepterions probablement plus sous la même forme aujourd'hui. Mais chacun a eu un effet boule de neige. Le bruit s'est répandu que nous étions aussi disponibles pour des engagements en semaine.

Lors de la création d'une entreprise, il est important d'avoir un objectif et une vision. Il faut aussi se diversifier judicieusement. C'est pourquoi nous ne dépendons pas uniquement des clients privés. Nous sommes également actifs dans d'autres domaines, comme la formation des adultes. Le boom du vélo est un autre point positif: nous avons fortement ressenti ces dernières années.

«Lors de la création d'une entreprise, il est important d'avoir un objectif et une vision. Il faut aussi se diversifier judicieusement.»

En quoi consistent vos tâches?

En tant que directeur, je veille au bon fonctionnement de l'entreprise, notamment à ce que l'argent rentre et soit versé à nos guides de VTT. Je suis responsable des tâches opérationnelles. Comme nous sommes une petite entreprise, je gère aussi le côté administratif: comptabilité, site Internet, publicité, etc.

À côté de cela, en tant que professeur de VTT, je suis souvent en route avec des clients. Je donne des cours privés sur les techniques de conduite. J'enseigne à des enfants et à des jeunes lors de camps ou de journées spécifiques. Je suis aussi formateur chez Swiss Cycling Guide et expert pour l'examen professionnel fédéral des nouveaux guides.

Dans l'équipe, nous sommes six guides au total. Deux d’entre nous, Remo Zbinden et moi-même, en vivent. À deux, nous dirigeons l'entreprise et prenons toutes les décisions importantes en concertation. Nous établissons une planification annuelle avec les autres guides, afin d'évaluer qui peut intervenir à quel moment et qui souhaite proposer quoi et sous quelle forme.

Qu'est-ce qui vous a motivé à devenir professeur de VTT?

Je pratique le VTT depuis mon enfance. J'aime bien travailler avec les gens et je cherchais un moyen de transmettre mon goût pour ce sport, la nature et les activités d’extérieur. Pendant mes études en géologie, je me suis renseigné sur les offres de formation correspondantes, mais j'ai longtemps hésité. Je souhaitais exercer une activité qui soit "mon truc", qui me fasse plaisir et que je puisse faire avec passion.

J'ai vite compris que je ne voulais pas me retrouver à travailler dans un bureau d'ingénieurs dans le secteur de la construction, en suivant un rythme frénétique. Mais quitter un nid prétendument sûr, et sortir de sa zone de confort, constitue un grand pas. Lorsque j'ai créé mon entreprise, j'ai mis toutes les chances de mon côté, en sachant que je pouvais aussi échouer. Mais ça a penché du bon côté.

Quels sont les aspects positifs de vos tâches? Et les aspects plus difficiles?

Le plus difficile, c'est de bien séparer les loisirs du travail. Je me bats encore pour cela. Être son propre patron implique d'être tout le temps avec soi-même. De plus, pour moi, le vélo en tant que hobby est actuellement trop peu présent dans mon emploi du temps. Le contact avec nos clients est un plaisir. Nous veillons à ce qu’ils puissent profiter de leur temps libre et oublier leur quotidien professionnel. Il faut aussi parfois faire preuve de tact.

Dans ma fonction en particulier, l'activité est très variée et presque aucune journée ne se ressemble. Je propose du guiding et des cours privés, j’enseigne à des adultes et à des enfants, et j’accueille des clients venant de l'étranger. En parallèle, je travaille au bureau et je m'occupe de toutes les tâches administratives. Je suis mon propre chef. Je n'ai de comptes à rendre à personne d'autre qu'à moi-même.

En savoir plus



orientation.ch