Accueil myOrientation

Me conna�tre - Etape 1: J'identifie mes intérêts, points forts et attentes professionnelles

Professions et formations - Etape 2: J’explore le monde des professions et des formations

Qualit�s requises et conditions d'admission - Etape 3: Je compare mes points forts avec les qualités requises et les conditions d'admission des métiers

Stages - Etape 4: J’explore en détail les métiers qui m’intéressent le plus

Projet professionnel - Etape 5: J’évalue mes résultats et me décide pour une profession ou une formation

Apprentissage - �cole - Etape 6: Recherche d'une place d'apprentissage et / ou inscription à une école

Pr�paration - Etape 7: Je me prépare à ma formation en entreprise ou en école

Dossier de travail - Tes résultats

Veuillez patienter...

Préparation de votre dossier myOrientation.

Déconnecté

Votre session de travail est expirée. Vous allez être redirigé sur la page d'accueil. Veuillez vous connecter à nouveau pour continuer votre session de travail.

Médecine humaine

La médecine humaine étudie le corps humain, son fonctionnement et ses perturbations. Son but est de maintenir les personnes en bonne santé physique et psychique et de guérir les maladies et blessures ou d’en alléger les symptômes.

Spécialité

Médecine humaine
Médecine humaine © Pixelio Michael Bährke

La médecine est centrée sur la santé de l’être humain. Elle cherche à la maintenir, l'améliorer ou la rétablir. Son action est orientée selon trois axes : la prophylaxie (qui vise à empêcher l’apparition, l’aggravation ou l’extension de maladies), le diagnostic (dont le but est de dépister des maladies physiques et psychiques) et le traitement (afin de guérir les maladies et blessures ou d’en soulager les symptômes).

Médecine humaine

Médecine humaine © Pixelio Michael Bährke

Cette discipline se base sur les méthodes des sciences naturelles (étude de tableaux cliniques, identification de points communs, recherche des causes, etc.). Dans la pratique médicale, les relations humaines jouent un rôle fondamental. Les aspects psychiques, sociaux, économiques, culturels et éthiques sont également pris en considération dans le traitement des patients.

La médecine humaine est marquée par une spécialisation croissante. Les domaines spécifiques sont centrés sur une partie du corps, une maladie, une technique ou une phase de vie. Ce domaine se caractérise également par une rapide évolution, en lien notamment avec les innovations techniques (nanotechnologie, microtechnique, etc.) et l’informatique.

Études

Le programme d’études en médecine humaine est composé du cycle de bachelor suivi du cycle de master, chacun d’une durée de trois ans.

Le cursus de bachelor transmet les bases en biologie humaine, en sciences naturelles et humaines (notamment en chimie, en physique et en biologie moléculaire), ainsi que des compétences cliniques (recueil de l'anamnèse et examen physique du patient, relation médecin-malade, etc.). Des cours-blocs sont dédiés à chaque organe ou à des problèmes spécifiques. En fonction de la haute école, l'enseignement frontal, les travaux de groupe (tutorat), les cours pratiques et l'auto-apprentissage occupent une part plus ou moins importante du cursus.

Le master se caractérise par une formation clinique de plus en plus axée sur la pratique médicale. Les cours magistraux alternent avec des cours de groupe au chevet du patient et des cours dans les différents services de l'hôpital. Lors de la deuxième année du master, les étudiants s’exercent au travail pratique sur les patients de manière intensive en tant que médecin stagiaire dans un hôpital ou dans un cabinet privé. Les études se concluent par un travail de master et un examen fédéral, préalables à une formation postgrade en vue d’obtenir un titre de spécialiste.

Ce cursus est très dense et étudier à temps partiel est difficilement réalisable.

T.T., 4e semestre de médecine humaine, Université de Zurich

«Je suis fasciné par les nombreuses facettes du corps humain.»

Exigences

Les études de médecine requièrent une grande résistance psychique et physique, de la discipline et de la persévérance. L’empathie, le plaisir à être en contact avec autrui ainsi que la capacité à communiquer et à travailler en équipe sont des qualités centrales. Il est aussi indispensable de posséder de solides connaissances préalables en chimie, en biologie et en physique, de même qu'une bonne maîtrise de l'anglais.

Le Self-Assessment Etudes de médecine (SAMED) est un outil permettant aux personnes intéressées de tester leur aptitude à suivre des études dans ce domaine.

Restrictions d'accès

Le nombre de candidats aux études en médecine étant plus élevé que le nombre de places disponibles, de nombreuses hautes écoles organisent un test d’aptitudes sélectif avant le début des études. Pour plus d’informations, voir la page Restrictions d'accès.

Stage de soins aux malades

Dans la plupart des hautes écoles universitaires, les étudiants doivent effectuer un stage de soins aux malades d’une durée de quatre semaines, dans l’idéal avant le début des études et au plus tard jusqu’à l’inscription aux examens de deuxième année. Se renseigner auprès de la haute école choisie.

Thèmes de recherche

En Suisse, la recherche médicale bénéficie de la coopération entre les hautes écoles et les cliniques, ainsi que des connaissances et de la technologie provenant de diverses autres disciplines. De plus en plus, la recherche est menée au sein d'équipes interdisciplinaires et internationales. Elle se concentre sur différents domaines en fonction de chaque faculté de médecine. Cela va de la médecine transplantatoire aux neurosciences, de la recherche sur les tumeurs et le cancer à la génétique et à la médecine personnalisée. Un exemple concret est celui des travaux d'une équipe de chirurgiens cardiaques, de cardiologues, d'ingénieurs et de scientifiques visant à réaliser un cœur artificiel entièrement implantable. Autre exemple: des chercheurs tentent de recréer des cœurs virtuels sur des ordinateurs, afin de les utiliser, entre autres, pour tester des médicaments et des techniques chirurgicales.

Admission, inscription et début des études

Des informations sur les conditions d’admission dans les différents types de hautes écoles ainsi que sur les modalités d’inscription et le début des études sont disponibles à la page Admission, inscription.

Filières d'études

Eidgenössische Technische Hochschule Zürich (ETHZ)

Universität Basel (UNIBAS)

Universität Bern (UNIBE)

Université de Fribourg (UNIFR)

Università della Svizzera italiana (USI)

Université de Lausanne (UNIL)

Universität Luzern (UNILU)

Université de Neuchâtel (UNINE)

Universität St. Gallen (HSG)

Champs d'activité

Après les études, les diplômés en médecine humaine travaillent dans des hôpitaux en tant que médecin assistant-e. Pendant cette période, la plupart suivent une formation continue de plusieurs années aboutissant à un titre de spécialiste (en médecine interne générale, en chirurgie, en médecine pour enfants et adolescents, en gynécologie, etc.). Une fois le titre de spécialiste acquis, les médecins peuvent travailler en milieu hospitalier, dans des cliniques publiques ou privées, dans leur propre cabinet, en cabinet de groupe, ou encore dans des centres de santé. Ils peuvent également exercer leur activité pour le compte d’organisations humanitaires. Il existe aussi des postes dans l’enseignement, la recherche, l’industrie, la communication pharmaceutique, l’administration publique, les assurances ou encore le journalisme médical.

  • Médecine humaine: débouchés
    Informations sur les perspectives professionnelles, les différentes carrières, le marché du travail et les différentes activités professionnelles

Formation continue

Médecin spécialiste

Les diplômés en médecine qui souhaitent exercer une activité de médecin indépendant-e sont tenus de suivre une formation continue de médecin spécialiste. La formation continue se déroule dans le cadre d’un engagement rémunéré en tant que médecin assistant-e dans une institution de formation continue reconnue (hôpitaux et cabinets médicaux). Elle dure 5 à 6 ans et se termine par un examen de médecin spécialiste. La Confédération et l’ISFM (Institut suisse pour la formation médicale postgraduée et continue, organe de la FMH) sont compétents en matière de formation continue et de perfectionnement professionnel. Pour plus d’informations (également sur la formation continue dans le domaine de la médecine complémentaire): fmh.ch.

Autres formations continues

Les diplômés en médecine peuvent effectuer un doctorat et obtenir le titre de docteur en médecine, indispensable pour travailler dans l’enseignement et la recherche universitaires. Il existe d'autres programmes de doctorat, par exemple en sciences médicales ou en sciences naturelles. Ces programmes durent en général plus longtemps et posent des exigences plus élevées.

Chaque médecin a l'obligation légale de se former tout au long de sa carrière (exigence inscrite dans la loi sur les professions médicales). De plus, l’évolution rapide de la discipline exige des professionnels qu’ils se perfectionnent en permanence.
Exemples de formation continue:



orientation.ch